"il n'est rien de réel que le rêve et l'amour" (Annes de Noailles)

Calligraphie de Hassan Massoudy

l'intégrale du mini-roman est ici

 



4

 

Dormir, dormir, des jours et des nuits à rattraper.

Me réveiller uniquement pour ingérer mes médicaments, passer aux toilettes.

Replonger dans ma bauge, sous ma couverture polaire. L'odeur de moi!

Froid. Ne pas bouger, respirer lentement, régulièrement.

M'imaginer dans un bain chaud, bouillant même. Juste la tête hors de l'eau.

Le bienfait, le confort, juste remuer le bout des doigts, agiter doucement les orteils?

Vision de bleu, et de pierre ocre, sentiment de bien-être, tourner la tê

---------------------------

La rue n'était pas une impasse, non, en fait, elle débouchait sur un espace inondable et inondé.

quelques 20 cm d'eau saumâtre, bleutée.

Suffisait de s'y aventurer prudemment et on rejoignait le boulevard de la plage. Oh! ce mur de vagues, droit devant!

J'aurais aimé pouvoir stationner, regarder de tous mes yeux, les gaver de ce spectacle de la force de l'eau en mouvement: Puissance marémotrice, monstre dévoreur et malaxeur de roches érodées.

Mais partout des habitations, et des interdits divers.

Il fallait poursuivre plus loin, trop loin. Me résigner à ne pas embrasser cet étonnant paysage liquide, à ne pas faire corps avec.

 

Fleurdatlas 23 octobre 08