Valentin Clastrier est né la même année que DJAM c'est un virtuose de la vielle à roue.  Dans les années 80, il a donné un concert à Marmande au Comédia,  nous étions en tout et pour tout public 6 personnes à être venues l'écouter, l'applaudir, le soutenir, l'admirer, le découvrir. Six personnes appartenant à la même association promouvant la culture occitane, dont 5 musiciens et danseurs, 1 vielliste, deux accordéonistes, 1 violoniste et 1 guitariste.

Voici deux des compositions qu'il avait jouées pour nous au cours de cette mémorable soirée. 

https://youtu.be/rCtIVPK4kOI

et

https://youtu.be/GRcTYOrqScU

 

Le même Valentin à France Musique en 2015

https://youtu.be/qRsJw7UW98g

 

et plus récemment en concert en 2017

https://youtu.be/s2A9CKDTjmo

 

Comment est-il possible que des artistes de haut niveau se trouvent à jouer des concerts non à guichet fermé mais devant une salle vide? 

 

Le risque du métier? Une mauvaise date choisie? L'ignorance ou l'indifférence? 

 

Ce soir 23 artistes se produisaient dans l'église, 22 femmes  dont 21 choristes et leur chef de choeur également accompagnatrice au piano plus un clarinettiste qui accompagnait la seconde partie du concert.  J'ai failli ne pas venir, la nuit tombe tôt, il fait noir et froid, mais MAIS... je me suis fait violence!

Arrivée pile à l'heure, je constate que nous ne sommes que 10 spectateurs dont un journaliste! Un peu sidérant, du jamais vu encore ici!

Peut-être y aura-t-il des retardataires?  Non, pas de nouveau venu, nous resterons désespérément 10 jusqu'à la fin!

 

Les concertistes sont venus de l'autre côté de la frontière,  leur prestation est de grande qualité. Aucune hésitation à aborder un répertoire contemporain. Je me félicite d'être là et non dans mon lit, une de plus ou de moins sur des centaines, ça n'a pas d'impact, mais une de plus lorsque l'assistance se fait trop rare, c'est  trés appréciable.

Comment ce groupe a-t-il pu se concentrer et se motiver face à un si grand désert? On dit qu'un concert vaut bien 5 répétitions, il y aura au moins cet effet là! Je me console de la sorte pour elles et lui (le clarinettiste). Je me souviens de certaines répétitions publiques de concerts pendant des festivals d'été. J'adorais ça.

Je me pose une question, tant que DJAM à été bien portant, j'ai passé le plus clair de ma vie autre que musicienne, à médiatiser les spectacles et évènements culturels, et ici qui le fait? Pas moi en tous cas et je ne souhaite pas rempiler du tout d'ailleurs. En fait je n'ai entendu parler de ce concert qu'une fois, il y a six jours en fin de service religieux et je n'ai aperçu aucune affiche l'annonçant. 

De plus c'est le premier jour des vacances d'automne, la date est sans doute mal choisie.

 

Je me pose une autre question: lorsque je viens aux concerts vocaux, je ne rencontre JAMAIS aucun des autres choristes qui chantent avec moi le mercredi, pourquoi?

Dans la région qui fut mienne auparavant,  je rencontrais parmi le public des choristes aux concerts vocaux, des organistes aux concerts d'orgue, des folkeux musiciens ou danseurs aux festivals folks, des amoureux de la salsa aux spectacles afro-cubains, et des spécialistes de la moto et de la danse en ligne chez Loup Blanc. Et ici?

 Fermeture d'une parenthèse. 

 

En fin de concert, à la place du bis, le public a été, pour le remercier, convié auprès des choristes pour interpréter au pied levé avec elles le chant que nul n'ignore Txoria txori ou Hegoak pour ceux qui préfèrent appeler une chanson par son premier mot.

C'est une tradition qui se perd un peu: le fait de convier le public à la dernière  danse ou au dernier chant. Rien ne pouvait me faire davantage plaisir en l'occurrence. 

Personnellement,  je n'ai rien à redire, j'ai passé une excellente soirée qui clôture bien la semaine de séminaire que je m'étais concoctée. Je suis fière et heureuse de mettre en pratique mes conclusions et orientations (ici le fait de ne pas me replier sur moi et de prendre part à la vie culturelle du lieu).

 

Dommage pour ceux qui ne se sont pas dérangés. Ils ont raté quelque chose de subtilement rare et précieux. Je souhaite à ce groupe une meilleure médiatisation et le public qu'il mérite. 

 

Entre nous, encore un truc: il porte un drôle de nom qui pouvrait être traduit par: "le lien de l'équipage" ou alors: "les tentacules du calmar"!

Étrange! Je ne maîtrise pas assez la langue!

Et pourquoi pas? ces 23 femmes sont originaires d'une cité de marins pêcheurs.

 

D'une façon surréaliste et parce que le premier mot du nom de leur groupe sonne phonétiquement comme un mot d'une autre langue signifiant "trésor", je les imagine bien s'appelant "le trésor de l'équipage" ou "le xipiron aux tentacules d'or" ou "poussière  d'orée"

 

TAH, Quand c'est que tu seras sérieuse un jour pour tous?