Accueil

smiley : regular_smile Nouveau, tout est nouveau

 


A nouveau départ, gros investissement en temps.

D'où peu de visites sur le Web et peu ou pas de notes. (Qui ne me comprendrait ici?)

Je soulève le coin de l'écran pour saluer la nouvelle année et formuler des voeux pour chacun ici.

Nos vies sont tumultueuses, torturées, alambiquées, rares sont les futurs qui se déroulent tels qu'on les planifiait, concevait ou imaginait au présent.

 

Pour ma part, me sert tout de ce que j'ai appris au cours de ma vie si multiple, et dans des temps troubles comme ceux d'aujourd'hui, je vous souhaite simplement de pouvoir faire feu de tout bois présent dans votre personnel bûcher, de tirer la substantifique moelle de tous vos acquis.

Cultiver sa force intérieure

travailler à la paix familiale et sociale

maintenir un esprit sain dans un corps bien entretenu compte tenu des infirmités et affections dont nous pouvons être atteints

rester ouverts et généreux

 

c'est ce que je nous souhaite de meilleur pour 2019

 

Bonne année nouvelle, courage et tout le reste nous sera donné par surcroit

 

mes plus doux souvenirs à chacun d'entre vous.

 

KM

 

 

mardi 01 janvier à 12h56 par fleurdatlas dans KarmaOS | # | 2 commentaires

smiley : regular_smile Vierge et enfant

 

 


 

 

 

Paroles Alfonse Daudet:

Dans ses langes blancs, fraîchement cousus,
La Vierge berçait son enfant-Jésus.
Lui, il gazouillait comme un nid de mésanges;
Elle le berçait et chantait tout bas
Ce que nous chantons pour nos petits anges…
Mais l’enfant-Jésus ne s’endormait pas.

Étonné, ravi de ce qu’il entend,
Il rit dans sa crèche et s’en va chantant.
Comme un Saint lévite et comme un choriste;
Il bat la mesure avec ses deux bras.
Et la Sainte Vierge est triste, bien triste,
De voir son Jésus qui ne s’endort pas.

Et Marie alors, le regard voilé,
Pencha sur son fils un front désolé :
« Vous ne dormez pas, votre mère pleure, pleure,
Votre mère pleure, ô mon bel ami… »
Des larmes coulaient de ses yeux; sur l’heure,
Le petit Jésus s’était endormi.

 

La version initiale de César Franck, antérieure à celle chantée plus haut,

elle a ma grande faveur:

2 voies (soprano, alto) et un piano

harmonies quitches

 

je l'ai étudiée pour ce noël

 Dans ses langes blancs fraîchement cousus
La Vierge berçait son enfant Jésus,
Lui gazouillait comme un nid de mésanges.
Elle le berçait et chantait tout bas,
Ce que nous chantons à nos petits anges.
Mais l'enfant Jésus ne s'endormait pas...

 

Doux Jésus, lui dit sa mère en tremblant,
Dormez, mon agneau, mon bel agneau blanc.
Dormez, il est tard, la lampe est éteinte ;
Votre front est rouge et vos membres las.
Dormez, mon amour, et dormez sans crainte.
Mais l'enfant Jésus ne s'endormit pas.

 

Et Marie alors, le regard voilé,
Pencha sur son fils un front désolé :
Vous ne dormez pas, votre mère pleure,
Votre mère pleure, O mon bel ami.
Des larmes coulaient de ses yeux ; sur l'heure,
Le petit Jésus s'était endormi, s'était endormi.

 

petit choeur (en duo) à deux voix

Description matérielle : 1 partition ([2] p.) : ill. ; 28 cm

Description : Note : Dédicace : "À madame Pauline Roger". - 1888 d'après le cachet de dépôt légal

Édition : Paris : Enoch Frères & Costallat , [1888]

Parolier : Alphonse Daudet (1840-1897)

Compositeur : César Franck (1822-1890)

 

 

lundi 24 décembre 2018 à 21h56 par fleurdatlas dans Musique | # | 3 commentaires
Précédent : Niouzesss
 
Hébergé par karmaos.com