Merci à Darck Crystale pour son article

On retrouvera sa version traduite par google ici

 

et je compte recopier mes notes à ce sujet ci-dessous:

 

voilà ce que j'ai tiré du début du texte:



I Did It Because I Never
Stopped Loving You: The
Effects of Media Portrayals of
Persistent Pursuit on Beliefs
About Stalking

En gros et résumé par moi: 


il y a une expérience conduite, ses participants doivent visionner des films ( ils présentent le harcèlement comme faisant partie du processus romantique, ils représentent aussi des agressions sexuelles) et doivent y réagir moyennant la pression sur un bouton.

 


Pourquoi étudier ces films?

L'étude des représentations de comportements harcelants dans des comédies romantiques ou tels que les représentent les médias peut renforcer l'idée que c'est un comportement entrant dans la norme, et peut influencer les décisions juridiques concernant les affaires de harcèlement ou de violences sexuelles et domestiques.

Mots clés
Le harcèlement, les médias, la poursuite persistante, l'agression sexuée, les mythes de harcèlement

Citation:
"Je l'ai fait parce que je n'ai jamais cessé de penser à vous. Et si je ne vous avais pas trouvée, je savais que ma vie ne serait jamais, jamais bonne.
-Ben Stiller as Ted in "There’s Something About Mary"

«Je suis un homme déterminé. . . Je suis, et je le serai toujours, une personne qui obtient ce qu'il veut.
Et je vous veux. Vous pouvez accepter cela, ou bien le combattre. "
—Billy Campbell as Mitch in Enough

 

---------------------------------------------------------------

A présent entrer dans le "vif" à l'aide de google traduction et de quelques améliorations made in KNTHMH:

---------------------------------------------------------------


"Un des objectifs centraux du féminisme a été de convaincre les législateurs, les procureurs, les policiers, l'opinion publique que l'agression sexospécifique est un grave problème social mérite d'être pris au sérieux. Les formes les plus courantes d'agression sexospécifique les agressions, la violence domestique et le harcèlement. Malgré les progrès de la connaissance soutien aux victimes de l'agression sexiste au cours des dernières décennies, il n'en reste pas moins trop souvent, les victimes de ces formes d'agression déclarent que leurs plaintes ne sont pas pris au serieux. Les chercheurs ont convaincu que la raison principale de cette minimisation est dû au fait que de nombreuses personnes ont des croyances fausses ou stéréotypées agressivité (Burt, 1980). Ces croyances amènent les gens à minimiser les préoccupations des victimes et l'ampleur du problème de l'agression sexiste plus largement.
En outre, l'approbation de ces croyances peut conduire les victimes de ces formes d'agression
De douter de leurs interprétations de leurs expériences, tenter de minimiser la gravité
De ce qui s'est produit, ou se comportent de manière à accroître leur vulnérabilité.
Comme c'est le cas pour d'autres formes d'agression sexiste, beaucoup de gens ont des malentendus sur le harcèlement, et les chercheurs et les experts en politiques spéculent les malentendus proviennent en partie des médias (Schultz, Moore, & Spitzberg, 2014; Spitzberg & Cadiz, 2002; Yanowitz, 2006). Cependant, c'est une possibilité qui reste empiriquement non testé. Ainsi, le but de la présente enquête est d'e xaminer si les médiasl'exposition peut affecter les croyances relatives au harcèlement et, dans l'affirmative,qui et les mécanismes par lesquels cet effet se produit"

Stalking

Avant de procéder, il faut d'abord établir ce qu'on entend par «harcèlement».
Bien que les définitions juridiques du harcèlement aux États-Unis varient d'un État à l'autre, elles le définissent généralement comme une conduite (généralement définie comme deux incidents ou plus) intention de causer de la peur dans la cible (ou qu'une "personne raisonnable" connue causerait la crainte de la cible) et qui mène effectivement la cible ou conduirait une «personne raisonnable» à ressentir la peur (Spitzberg & Cupach, 2014).
Les harceleurs peuvent utiliser une variété de comportements conçus pour nuire à une cible, ce qui peut allant des appels téléphoniques répétés à l'affichage de photographies embarrassantes en ligne à
des menaces de mort. On estime que 3,4 millions d'adultes américains sont victimes de harcèlement par année (Baum, Catalano, Rand, & Rose, 2009).
La littérature indique que le harcèlement est souvent très perturbateur pour les victimes, vies. Les victimes de harcèlement peuvent éprouver une gamme d'états psychologiques négatifs, notamment l'anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, le syndrome de stress post-traumatique et tentatives de suicides, et ces symptômes persistent communément même après que le harcèlement ait cessé (Blaauw, Winkel, Arensman, Sheridan, & Freeve, 2002, Pathé & Mullen, 1997). l'expérience des victimes de harcèlement de détresse les amène souvent à prendre congé du travail, ou affecte le rendement au travail lorsqu'ils sont physiquement présents (Logan, Shannon, Cole et Swanberg, 2007). Les dépenses personnelles des victimes de harcèlement, qui peuvent être engagés pour des choses allant des honoraires d'avocat à passer à réparer ou à remplacer les biens endommagés peuvent être considérables (Baum et al., 2009). En outre, le harcèlement affectent les personnes autres que ses cibles directes. Les membres de la famille et les amis de la victime, sont dans l'incapacité de faire quoi que ce soit pour la protéger.
La victimisation peut conduire à des sentiments d'impuissance (Spitzberg & Cupach, 2007).
Les victimes de harcèlement peuvent avoir besoin de l'aide de la police, des fournisseurs de système de justice pénale, ce qui fait peser une charge sur les systèmes qui sont généralement déjà surchargés (Spitzberg et Cupach, 2007). Pour extrapoler les chiffres fournis par le Baum et al. Étude que "seulement" 3,4 millions d'Américains sont touchés par le harcèlement chaque année,
Alors, c'est sous-estimer largement la portée du problème. le harcèlement est un crime neutre du point de vue du genre, mais il est perpétré de manière disproportionnée par les hommes, et un nombre disproportionné de victimes de harcèlement sont des femmes (Spitzberg, Cupach, & Ciceraro, 2010). Dans l'étude représentative au niveau national, par exemple, 74% des 3,4 millions d'adultes américains traqués chaque année étaient des 68% des harceleurs de sexe connu étaient des hommes (Baum et al., 2009) .1 Ces es stimationsont quelque peu inférieurs, mais toujours comparables, à un représentant national antérieur qui estimait que 78% des victimes de harcèlement étaient des femmes et 87% des harceleurs étaient des hommes (Tjaden & Thoennes, 1998). En raison de ces différences entre les sexes, et parce que le harcèlement s'effectue généralement dans le contexte d'un (Baum et al., 2009; Tjaden & Thoennes, 1998), le harcèlement est considéré comme une forme d'agression sexiste.
Le harcèlement peut être considéré comme un type de poursuite persistante, un terme large qui englobe des comportements plus extrêmes tels que le harcèlement, mais aussi plus bénins et même positivement considérés comme des comportements tels que certains types de noce romantique. Bien que les scripts que les gens tiennent de la cour martiale hétérosexuelle «typique» incluent souvent un poursuivant, ils n'ont pas tendance à décrire la persévérance masculine (Eaton & Rose, 2011). cependant,
Il ya des raisons de croire que la poursuite persistante masculine apparaît couramment dans les médias la représentation de la cour romantique, ce qui laisse penser que ce type de poursuite peut être un idéal culturel. Par exemple, Emerson, Ferris et Gardner (1998) affirment que la dynamique de base dans le harcèlement relationnel-persistance dans la recherche d'une relation dans le visage de refoulement persistant - miroirs à l'extrême la poursuite obstinée du «véritable amour» idéalisé
Dans la culture et les médias "(p.292), et Brewster (2003) soutient que" les films, le soap Opéra et autres médias démontrent souvent aux téléspectateurs que le harcèlement équivaut à l'amour et l'affection, et que la persévérance est payante; Le stalker gagne (ou gagne en arrière) le désiré objet de leur «affection» (pp. 9-8, voir aussi de Becker, 1997, Dunn, 2002, Lowney & Best, 1995, pour des revendications similaires). Ainsi, bien que des analyses de contenu systématique publiées de la poursuite persistante des médias, il y a lieu de croire que "la poursuite persistante est preuve d'amour" trope est une partie de notre paysage médiatique et, en outre, que ce type de poursuite est considéré comme un idéal romantique.

---------------------------------------------------------------


Un peu de mon travail sur l'article:

---------------------------------------------------------------

 

1) petit résumé sur la méthode employée:
dans un cas de figure, on présente le harcèlement comme effrayant, produit par une personne perturbée psychologiquement qui poursuit une autre qui tente de lui échapper

dans un autre cas de figure, on présente le harcèlement comme la poursuite persévérante d'un homme amoureux qui désire une femme pour qui cette amour n'est pas réciproque et qui le fuit. Les refus sont répétés, mais la persévérance obtient l'objet des désirs de l'homme et les deux êtres sont censés vivre heureux ensemble.

dans le second cas les spectateurs perçoivent le harcèlement comme acceptable ou souhaitable pour arriver à ses fins
et le mythe "romantique" se construit

dans d'autres cas le harcèlement est présenté avec humour, ou le harceleur est extrêmement séduisant
ce qui fausse également la perception du harcèlement comme un acte mauvais et répréhensible

"nous avons tendance à croire que «ce qui est beau est bon» (Dion, Berscheid, & Walster, 1972; Langlois et al., 2000)"

 

---------------------------------------------------------------
* note perso de Fleurdatlas: "ce qui est attrayant attire!" (ou bien c'est pas la peine de chercher à "attrayer"!)

donc un harcèlement présenté comme attrayant (humour, romantisme) pourrait induire le mythe du bon harcèlement pour la "bonne cause"

---------------------------------------------------------------

2) l'expérience menée:

six vidéos sont présentées
deux avec des harcèlements effrayants
deux avec des harcèlements présentés comme "romantiques" (comme un parcours initiatique pour parvenir à la conquête de l'autre)
deux qui ne contiennent pas de harcèlement et qui sont appelées vidéo de "contrôle"


le recrutement des testeurs s'est fait au sein d'une école de communication du Midwest et par voie publique par l'intermédiaire de dépliants affichés aux alentour du campus.



3 citation traduite (trad: GOOGLE et KNTHMH) du rapport sur les participantes:

" Les participantes ont été accueillies au cours d'une réception puis amenés dans une pièce privée devant un ordinateur. Là, elles ont reçu un formulaire de consentement à signer. Une fois le consentement donné, chaque participante a regardé l'une des six vidéos. Cette vidéo était assignée au hasard au participant avant son arrivée. Immédiatement après avoir regardé le clip, la participante a complété une série de mesures sur un ordinateur. A la fin de ces mesures, elle a été interrogée et remerciée pour avoir donné de son temps. Les participantes recrutées sur le campus ont reçu un crédit par rapport à une exigence concernant leur cours, et les participantes recrutées grâce à des dépliants ont été reçu une carte-cadeau Visa de 15 $. 
Les participantes étaient 426 femmes de premier cycle (19,45 M d'âge, SD = 1,65). La majorité (69,2%) étaient de race blanche, non hispaniques, mais une minorité significative (19,5%) Identifiées comme asiatiques ou asiatiques américaines. Les autres participantes étaient soit afro-américaines (6,8%), hispanique soit latino (2,1%), soit auto-identifiées comme divers (P. Ex., «Arabe», «race mixte», 2,3%).L'échantillonnage pour chaque condition (contrôle, poursuite persévérante effrayante, Poursuite constante), est de 142 personnes soit le tiers des personnes recrutées."

---------------------------------------------------------------
*Note de Fleurdatlas:

Pourquoi un panel de femmes et non d'hommes?

Pour beaucoup de raisons exposées dans cette étude et qu'il faut lire dans le texte
je (Fleurdatlas) retiendrai celles-ci:
beaucoup de femmes sont en butte à des agressions sexuelles
et ce depuis leur enfance
beaucoup de femmes regardent des comédies romantiques

 

Au sujet de la promiscuité:


Personnellement et par expérience personnelle, observations menées au cours de ma vie relationnelle et professionnelle, oui je pense qu'un (e) persécuteur (trice) a plus de chance de réussir son oeuvre persécutrice auprès de personnes qu'il (elle) connaît bien
"faire mouche à chaque coup" pourrait-on dire!

voilà une explication au fait que les persécutions exercées au sein d'une famille, d'une école, d'un camp de vacances, d'une entreprise, d'un navire, peuvent être très pertinentes (hélas!), très poussées, très fréquentes de la part du ou des persécuteurs

très usantes, débilitantes pour le persécuté

et soient également presque indécelables ou indénonçables (il est très difficile, voire impossible de s'opposer, de se confier, de porter plainte, d'obtenir des témoignages).

L'une des issues voire la seule issue paraît alors aux yeux du persécuté le suicide!

 

voir aussi l'article: (clic sur

Emilie - Journal intime d'une suicidée)