Imaginez des photos qu'un membre de l'équipe KNTHMH-PRO a prises il y a bien plus de 10 ans

imaginez qu'une personne, récemment, sans pouvoir me citer l'article en question, me dit avoir vu UNE photo où il y avait une personne habillée d'une couleur "x"

et sans m'en préciser davantage, sans me dire le pourquoi du comment, me demande de la recontacter.

Ok, je suis "bonne fille", je fais des recherches sur le web (ce seront mes dernières recherches je le dis, rechercher me prend trop de temps, m'abime le peu de vue qu'il me reste, et ne m'apporte que des déboires depuis déjà assez longtemps, donc, le service ferme boutique, je n'ai plus de temps à consacrer à des idioties, ma vie m'est précieuse, elle n'est pas gaspillable!),

pour cette recherche, l'indice était mince, vous l'avouerez, mais, à coeur vaillant rien d'impossible et je trouve quelques photos: un tableau (peinture ancienne), un bandeau de blog (handmade by an old cops à moi) et plusieurs photos représentant parmis un groupe, une personne vue de dos, inreconnaissable (je ne peux même pas jurer que c'était ou non ma fille Ara! c'est vous dire!)

je recontacte donc la personne et lui envoie ces photos à tout hasard pour qu'elle m'éclaire sur la nature de sa question et me dise si l'une de ces photos ( totalement inimportantes et insignifiantes à mes yeux, mise à part le bandeau de blog: c'est un souvenir auquel je tiens particulièrement!) correspond à celle dont elle voulait me parler.

j'imagine en fait naïvement ( et à tort, on le va voir) que la personne veut savoir où trouver une robe semblable, car les propos du blog sont: la couture associée à la danse

ce sont des demandes qu'on m'adresse couramment: "comment puis-je me procurer une robe semblable à..."

j'ai l'habitude, enfin J'AVAIS l'habitude

donc je veux me rendre utile, comme à l'ordinaire, je ne me méfie pas!!!

 

La réponse vient:

la personne m'affirme que c'est certainement  "elle" sur les photos de groupe (tiens, au départ on me parle de "la" photo et ensuite on investit toute la place!)

et elle me parle aussitôt de "droit à l'image"!

 

(ah, si elle m'avait dit: "vous savez, je recherchais des indices comme quoi j'avais bien été à tel endroit tel jour, parce que je n'ai que peu de souvenirs de cette époque, qu'on en a besoin pour une enquêtre visant à réhabiliter quelqu'un ou pour déterminer un alibi, j'aurais peut-être eu ma fibre policière remuée et j'aurais sans doute légèrement souri et baissé la garde, tout en n'étant pas totalement dupe...mais pensez donc: le "droit à l'image" d'une personne vue de dos, non identifiable, prise un jour de liesse publique en plein domaine public, il y a tant d'années!)

 

ce n'est pas la première fois qu'on me fait le coup!

mais là, c'est le comble!

c'est un complot ou une énorme blague!

(pourquoi, mais pourquoi ne lui ai-je pas dit d'emblée que je savais où l'on pouvait se procurer une ou des robes semblables! quoiqu'à tant d'années de distance! je ne peux plus rien affirmer sur d'éventuels fournisseurs)

A quoi tient un scénario!

 

Je suppose que cette personne ignore totalement que cette photo était prise au cours d'une manifestation festive, publique, sur le domaine public et non dans une salle ou un lieu semi couvert privé ou assimilé, puisqu'elle ose me parler de droit à l'image!

que ne ferait-on pas pour raquer quelques centimes!

Je peux demander à ma fille dès que je la verrai, QUI était ,à son avis, la personne prise en photo et ce serait même vérifiable donc, puisque ma fille y était en chair et en os, dansante ou pas, ça la connaît le rouge!

je ne sais si cette personne ignore que ces photos ont plus de 10 années d'existence et sont sur le site (enfin, y étaient du moins le jour où elle les a prétendument vues), depuis  au moins dix années, sans que personne n'ait manifesté jusque là d'opposition à leur publication insignifiante,

je ne sais si elle est au courant des:

" principes issus du droit à l'image:
Dans le cas d'images prises dans les lieux publics, seule l'autorisation des personnes qui sont isolées et reconnaissables est nécessaire.

La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres. Cependant, la jurisprudence émet deux réserves :

  • Il ne faut pas individualiser un ou quelques sujets, et la publication ne doit pas excéder les limites du droit à l'information.
  • Pour ce qui est de l'individualisation, la jurisprudence rappelle que « nul n'a le droit d'individualiser une personne d'un groupe sans son consentement ». La personne est dite individualisée si elle est le sujet principal de l'image et si elle est reconnaissable."


Manifestations et images de foule:

Dans le cas des événements d'actualité et manifestations publiques on retrouve le même principe : une photographie peut être publiée sans l'autorisation des personnes à condition de ne pas dépasser les limites du droit à l'information. Ce principe a été clairement posé par les tribunaux : si l'autorisation devait être systématique, toute publication de photo de foule ou manifestation publique pour illustrer un reportage serait impossible."

 

mais je vais le lui signifier par retour, gentiment, avec le sourire bien entendu!

et lui demander par là même de me révéler, elle, l'année de prise de ces photos, d'après elle, et le lieu, car cela, nous nous en souvenons fort bien, le photographe et moi.

 

Je commence à avoir la moutarde qui me monte au nez de ces personnes qui viennent ennuyer autrui pour faire disparaître des objets SANS VALEUR aucune, ni marchande, ni utilisable pour ruiner la réputation d'autrui, ni utilisables pour se faire du fric..

 

Je me suis fait un malin plaisir d'ôter ces photos sans beauté ni valeur aucune que je n'avais publiées à l'époque sous le copyright de notre site, que pour faire plaisir à leur jeune auteur participatif, et parce qu'elles ne portaient préjudice à personne, bien au contraire, elles participaient à magnifier la joie et la fête populaire en un lieu!

et non parce qu'une personne pourrait avoir envie de me demander de  les ôter alors qu'elle n'est nullement concernée, mais parce que leur auteur a reconnu et confirmé qu'elles sont désormais caduques et inutiles sur le web qui en diffuse à présent de bien plus belles sur un même sujet

et nous n'oubliâmes surtout pas de nous congratuler pour ce que nous fimes tous ensemble il y a plus de 10 ans:

être les pionniers des blogs, être les pionniers reporters qui font de l'actualité avec des bals populaires, des évènements de rue, de folklore des peuples, ceux qui n'ont pas eu peur de promouvoir  la danse sous toutes ses formes et justement les plus populaires mais les moins connues en profondeur du grand public, des reporters qui n'ont pas eu peur de promouvoir des artistes indépendants, plasticiens, "maudits" dans leurs pays, qui n'ont pas craint de braver la critique et le boycott, qui n'ont pas eu peur de révéler non plus leurs "trucs" de couture, leur tour de main de cuisine, leurs astuces en tous genre et j'en passe!

 

et sur ce, "hasbeen" que je suis devenue à présent, Messieurs, Mesdames, permettez-moi de me retirer dans mes fourneaux

la tambouille que je fais actuellement est meilleure que toutes les tentatives procédurières ou plaisantines que l'on pourrait concevoir

nourrir ma famille avec de bons plats est mon unique ambition, et personne de mon entourage ne s'en plaindra!

 

Mesdames, Messieurs, j'ai bien l'honneur!

 

Tah, Tag et qui vous voudrez!

 

et bien le bonjour à toutes les Katarinetta du monde (oh il y en a!)

tchitchi