En dépit de tout

de tous mes chagrins, de toutes mes peurs et interrogations

de toutes mes incapacités

des maladies qui gagnent et rongent le corps mais non l'âme

de toutes ces ombres, ces angoisses qui rôdent

de tous ces pardons qui ne seront jamais totalement fait

jamais parfaits

de tous ces projets qui ne connaîtront jamais l'accomplis

de tous ces Roméo ou Jovani qui vont et viennent

 

du Don José bien aimé que jamais ne quitterai

à la vie, à la mort!

 

ô Carmen, reine des non-regrets

folle qui parcourt les monts

 

fool running in the hills

 

préférez-vous mes absences?

 

trop belle, trop vivante, trop passionnée

choisir, trahir!

 

ô vous tous et toutes

sans choisir

 

je continue la route

non pavée d'enfers mais de roses et d'épines

 

moi Germaine ou Franque

l'enfant du placard

 

sirène hors du bocal

 

vous qui ne valez aucun roi

qui les surpassez tous

 

avec une grâce que les autres n'ont pas

 

maladroite par le fait d'une destinée qui avance inexorable

avec délicatesse et élégance mais traits et gestes qui se floutent et se brisent

comme lames au pied des falaises

commes larmes au bas d'une joue

 

je vais

je vais avec mon va-tout

 

je trace

je trace les lignes courbes qui se rejoignent à l'horizon

là où les bateaux disparaissent de l'autre côté du monde

 

je marche

je marche seule

 

dans les matins

où le rêve m'emmène plus loin

 

pour bousculer les évidences

les innocences

 

je ne sers à rien

 

mais je vais

comme le monde tourne!

tourne sans fin

 

jusqu'à la fin

 

MOI